DOUBLÉ FOU HISTORIQUE POUR JULIEN CONTI

Il était près de 23 h. Le binôme Julien Conti-Claudio Alessi et l’équipe de No Difference qui les accompagnait terminaient un délicieux repas italien, avant d’affronter le lendemain leur première étape de leur parcours en Spartan Race pour l’année 2017. « C’est alors qu’un des organisateurs de l’épreuve d’Orte, petite cité médiévale près de Rome, est venu nous annoncer qu’ils souhaitaient que nous participions aussi à la Super de 13 kilomètres +, en plus du Sprint de 6 kilomètres + que nous devions disputer le lendemain. Interpellation, surprise, interrogations. Nous avons d’abord proposé d’échanger les deux épreuves. Apparemment, le règlement nous l’interdisait. Il fallait prendre une décision. On s’est dit que nous n’avions pas parcouru 800 kilomètres de route depuis Genève pour rien. Alors nous avons accepté le défi. »

En lieu et place d’une grasse matinée pour affronter dans les meilleures conditions l’épreuve de l’après-midi, le non-voyant de No Difference et son guide se sont donc levés aux aurores et ce samedi 29 avril. « Pas facile, car je m’étais évidemment conditionné mentalement pour le Sprint, non pour la distance supérieure et encore moins pourles deux. Mais je me sentais en excellente condition physique et morale. Et puis, Claudio m’a évidemment gratifié de la motivation spécifique dont il a le secret. On est parti à fond pour la première épreuve du jour, afin de bénéficier d’un solide temps de récupération avant la seconde. Pas trop non plus pour ne pas perdre l’influx. Et tout s’est bien passé, même si le parcours s’est révélé très difficile. Sans doute l’un des plus exigeants que j’ai affrontés. Bref, nous sommes épuisés, mais j’ai mes deux médailles autour du cou !», expliquait Julien, au terme de ce doublé fou et historique. Encore un exploit !

Claudio Alessi d’ajouter : « Nous nous trouvions devant un dilemme dans lequel l’aspect psychologique jouait un rôle cardinal. Il a fallu que je trouve les mots. Pour justifier qu’il faut admettre de fixer la barrière toujours plus haut. Le message est parfaitement passé. Heureusement, car on sait que la charge physique et émotive devient deux fois plus lourde si tu perds pied devant la difficulté. Je retire une leçon très instructive de cette belle réussite. Notamment sous la forme de ce que je nommerai un travail mental instinctif », explique Claudio Alessi. Attention, il se pourrait que de sacrées idées luitrotte déjà dans la tête…

L’exploit semble d’autant plus évident que le parcours s’est révélé terrible. Aldo l’un des membres du staff chargé des images avec Alainle décrit : « Les deux parcours étaient établis autour de la citémédiévale dont la Via dei Gladiatore servait de centre névralgique. Tout un symbole ! L’un constituait en fait une extension de l’autre. On y trouvait une multiplication d’escaliers dans les remparts de la citadelle. Autant d’obstacles supplémentaires. Puis il fallait affronter des sentiers irréguliers et boueux et montagneux en plus des traditionnels pièges. Le tout sous un soleil de plomb. Nous avons terriblement souffert. Alors vous imaginez ce que Julien et Claudio ont enduré… »

Voilà la saison a magnifiquement débuté pour No Difference dont le programme apparaît très ambitieux. A noter enfin l’excellente performance réalisée par Alexander Neimann autre membre du staff de l’Association qui s’est aussi aligné sur les deux parcours en élite. Noblesse oblige !

Communiqué de presse
Jean-Antoine Calcio